Formento & Formento ou l’Amérique un genou à terre

Formento-Formento

Alors que les Etats-Unis subissent les conséquences de la crise des subprimes, les artistes Formento & Formento s’engagent dans un roadp trip de 5 mois pour photographier 50 jeunes femmes de 25 états d’Amérique. Le résultat de ce périple est une série de photos magnifiques baptisée « Circumstance – America Down on Bruised Knees » qui met en scène des figures féminines glamour dans des environnements aussi réels que désolés / désolants : gares, stations service, chambres d’hôtel, restaurants. Pour une nouvelle vision de l’Amérique actuelle.

En voiture, Simone

 

Drive

Le dada de l’illustrateur espagnol Jesus Prudencio, ce sont bien les chevaux mais ceux des véhicules cultes du cinéma. Sur son site carsandfilms, on peut se procurer les posters de l’Aston Martin de James Bond, du combi VW de Little Miss Sunshine, de la Ford Mustang de Bullitt ou encore de la Chevrolet de Drive… Jesus s’est amusé à recréer 16 affiches de films avec pour seule vedette, le véhicule. Et c’est très réussi. 21€ le poster.

Super, Lui revient

Lui

Avant même de le lire, on se réjouit de voir ressortir Lui. Enfin c’est surtout sympa pour les quadras et les quinquas qui ont connu la grande époque du magazine de l’homme moderne. Belle couv, dos carré collé, c’est tout bon, on peut se plonger dans sa lecture. En ce qui me concerne, ce sera mon programme pour voler jusqu’en Italie. Juste le temps de le lire.  J’ai quand même déjà parcouru le bon édito de Frédéric Beigbeder ; il oublie juste de dire que Lui sera aussi le magazine des femmes modernes.

En Californie, la marque France se porte au mieux. Merci

FranceDire que Partisane est allée en Californie en quête de nouveaux leviers de croissance serait exagéré. Mais pour aller regarder ce qu’il s’y passe pour ses clients et futurs clients, certainement. Eh bien, nous avons respiré là-bas un air chargé d’embruns hexagonaux.

De San Francisco à Los Angeles en passant par Palo Alto et Carmel, la marque France – et de façon plus surprenante la langue française – gardent un évident capital de séduction et donc… de business. Bien-sûr, l’essentiel de ces constatations s’appliquent à l’environnement de la table. Citons pêle-mêle La Boulange, les restaurants Chez Papa, Chez Maman ou encore la Bicyclette, les macarons Chantal Guillon, les “pains au chocolat” et les “croissants” que l’on s’arrache à la Bottega Louie. Rien d’original mais ça marche. Plus pointu cette fois, les boutiques trendy vous parlent avec la gorge nouée de Mariage Frères ou d’Astier de Villatte, car oui quelques marques futées de ce type y sont distribuées.

Et l’on se prend à rêver d’une boutique Armor Lux au bord du Pacifique et d’Alerte à Malibu en marinière.

Peak-Nike sur terrain de basket

tony-parker-signs-peak-sports-leaves-nike-dealC’est officiel depuis le début de l’année, Tony Parker se sépare de son équipementier de toujours pour… 2 ou 3 millions d’euros par an.  En négociation depuis plusieurs mois avec le leader des Spurs et de l’équipe de France, la marque chinoise Peak a frappé très fort pour détrôner Nike. Si les motivations de Tony Parker paraissent claires, c’est à la démarche du fabricant chinois qu’il faut s’intéresser. En retrait sur son marché domestique, Peak voit dans le marketing sportif un levier de croissance sur les marchés internationaux avec bien sûr des bénéfices secondaires en Chine où le basket est le sport le plus populaire. Parker n’est d’ailleurs pas un phénomène isolé, Peak équipe déjà près d’une vingtaine de joueurs de NBA. Nike, de son côté, n’aurait pas souhaité surenchérir pour cause de vieillissement du trentenaire Tony. La marque américaine a décidé de rajeunir son image.

C’est donc l’histoire d’un deal Win/Win/Win. Seul bémol : à cette heure, le logo de Peak ne figure toujours pas dans la liste des sponsors sur le site officiel de TP.

Objectif : 6.000 Panthera tigris tigris

Profitons de la sortie du nouveau film d’Ang Lee mercredi prochain pour nous pencher quelques minutes sur le cas du tigre du Bengale. Nous nous pencherons éventuellement sur le film lorsque nous l’aurons vu.

Si le compagnon de Pi intégralement recréé en images de synthèse n’a rien à craindre, ce n’est pas le cas de l’espèce, comme chacun sait. Certaines sous-espèces de tigres ont déjà totalement disparu et il ne reste que quelques milliers de tigres du Bengale en liberté, principalement en Inde.

[Read more...]

Quand James Bond turns shakespearien

 

On l’avait tellement attendu, le nouveau Bond
On l’avait tellement annoncé, le nouveau Bond
On avait eu tellement de promotion, du nouveau Bond
… Qu’on risquait d’être déçu.

Eh bien, pas du tout.

Ce nouveau Bond est superbe. Il est sombre et minimaliste… enfin pour un Bond. On aime l’arrivée de ce jeune Q qui nous plonge dans l’ère moderne. On aime le retour aux sources en Aston Martin dans la lande écossaise. Et on adore ce combat à mort de deux fils pour l’amour d’une mère merveilleusement incarnée par Judi Dench.

Un homme à femmes pour 5

C’est difficile de se renouveler dans le monde des parfums. Encore plus quand on a eu pour égéries Catherine Deneuve, Carole Bouquet, Nicole Kidman, Audrey Tautou…

Chanel n°5 y parvient en bougeant les lignes, avec un homme comme vedette de son spot : Brad Pitt.

Sur un fond élégantissime mi granit mi béton, dans une lumière des plus travaillées, Brad Pitt nous raconte une histoire – au demeurant pas très intéressante – mais c’est beau, efficace et surtout on attend la fin pour comprendre de quoi il nous parle. C’est agréable d’être surpris, non ? Bravo au réalisateur Joe Wright.