De Stevie à Macy

Quand on apprend que Macy Gray reprend l’inoubliable album Talking book sorti par Stevie Wonder en 1972, on a peur. Même si on adore Macy Gray. On a tort. A la première écoute, on est un peu déboussolé parce que la voix éraillée et l’interprétation toujours si particulière de Macy nous éloignent terriblement de la douceur et de la fluidité de son aîné ; elle a accéléré les morceaux lents, ralenti les plus toniques. Honnêtement, il faut un temps d’adaptation. Mais après ce temps et plusieurs écoutes, on ne peut plus s’en passer.

Superstition est jazzy, you are the sunshine of my life est groovy, maybe your baby est rocky et blame it on the sun est une ballade. Trop forte, Macy ! A écouter et voir au cabaret sauvage le 17 décembre.

Exprimez vous!

*